/
1.
2.
3.
03:25
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
04:01

about

La bonne journée. (slam du dimanche)

Franck Dadure: texte , diction et musique - contrebasse par Colin Jore


ding dong !  ding dong !
Encore les putains d’cloches qui sonnent, qui sonnent, dans le  village désert, ça sonne , ça résonne, y a rien ni personne dans la rue, la bourgade ronronne, bien grasse et bien ventrue.
 
très bon dimanche, la bonne journée.
excellent dimanche, la bonne journée.

Ya plus personne dans la rue, sauf le clochard qu’est là depuis 100 ans, qui crie: j’ai faim !
Ça résonne dans la rue… Ça résonne aux portes des grandes maisons bien chauffées, confites à l’ail et au bordeaux, Les gigots tournent dans le four, bien au chaud. Ça grille sec pour les bêtes mortes, ça leur chauffe la couenne, le gras crépite avant de s’éteindre sur la table sacrificielle.

les beaux-frères rechargent les caméscopes, la moustache frétillante, l’oeil égrillard et assuré, les clefs du nouveau pavillon dans la main, le sourire en coin, le crédit dans la poche, l’auto lavée de frais sent le plastique tout neuf et trône sur le gravier blanc.

les belles-soeurs  refont leur eye liner, 
pauvres souris des champs, poules hystériques en phase de fécondation, elles rêvent, caquetant à des maternités navrantes.
Elles rêvent au vide ordure technologique, au service à fondue pratique, l’appareil à raclette magnifique, au distributeur de  mayonnaises  aromatisées personnalisées qu’elles pourront presser de leurs petits doigts boudinés devant la famille médusée, bourrée, engoncée. Bordeaux trop frais, Bordeaux madérisé mais qu’on déclare excellent, pas la peine de froisser, pas la peine de froisser. 

make up, parfum qui pue, mélange de brut 33, d’oignon frit et de gras, de ragot dominical.
reliefs de repas coincés dans les râteliers,  La boite à pilules de mémé à roulé sous la table, roll roll roll panique à bord,Fukushima, élections, L’Europe, blah blah blah.
Je me tais: pas la peine de froisser,  pas la peine de froisser

très bon dimanche, la bonne journée.
excellent, excellent dimanche, la bonne journée.
pas la peine de froisser,  pas la peine de froisser.  Accumulé.

Pendant ce temps ,  le clodo crie dans la rue , ça résonne dans les fenêtres des maisons. mais ça passe pas les rideaux de velours épais. Tu peux toujours gueuler la cloche !!!  ils ne t'entendent pas !
Gateau ! Fromage au plateau ! Reprenez du pâté ! Marie-Brizard, la Goutte ! Tu peux glapir tout ton saoul, ils ne t’entendent pas, ils mastiquent bruyamment, sluirp schluirp, le gras au garde-à-vous à la commissure des lèvres. La cloche !  la cloche !. ding dong ! ding dong.

L’agneau de dieu-gigot, à son corps défendant, se meut difficilement dans les vésicules usées des  ventres parvenus, prêts a exploser sur la nappe ,dans les foies saturés des belles mères  stridentes, excitées par le patrimoine accumulé; par le patrimoine à re-distribuer.
pas la peine de froisser,  pas la peine de froisser. 

Pendant ce temps-là les putains d’cloches, qui sonnent, qui sonnent dans le village désert le dimanche après la grosse messe, le dimanche des grosses fesses molles qui s’avachissent sur le velours des chaises fatiguées par tant de chair grasse étalée sans aucune dignité. sans retenue : gros cul !

Confire lentement, sans pouvoir s’échapper, coincé entre l’oncle aviné aux blagues douteuses et éculées,
et la marraine qui glapit, plâtrée de fond de teint beige, tel un masque mortuaire animé , elle lance  des clins d’oeil figés, son rouge à lèvres sent la baleine tuée.
Fantôme bruyant laisse moi partir.
pas la peine de froisser,  pas la peine de froisser. 

ding dong !  ding dong !
Dans le  village mort, un vieux tout seul remonte la rue en maugréant. Un chat pelé au regard vitreux observe la pharmacie fermée.
Ding ! dong !
bon dimanche. La bonne journée.
pas la peine de froisser,  pas la peine de froisser. 

_________________________
©La Clique à Dadure 2017

credits

released June 29, 2016

license

all rights reserved

tags

about

Franck Dadure Paris, France

French producer-musician composer, author & sound creator :electricity underground soundtrack, night train London to Tokyo, industrial electric-acoustruc, Avant-garde-à-toi, distorted Voodoo senza, Ambient attic,
unsafe analog machines, Jack Vance effects pedals, 220 volts cool guitar in Turkish baths (we see your skeleton a masterpiece of Art). Radio France, Pschent, EMI, Wagram...
... more

contact / help

Contact Franck Dadure

Streaming and
Download help

Track Name: L'Acropole, j'ai horreur de ça.
L'Acropole, j'ai horreur de ça. Un grand litre d'huile d'olive de Grêce. La Grêce, c'est pour les touristes
Track Name: La bonne journée
Les putains d'cloches qui sonnent
(slam du dimanche)

ding dong !  ding dong !
Encore les putains d’cloches qui sonnent, qui sonnent, dans le  village désert, ça sonne , ça résonne, y a rien ni personne dans la rue, la bourgade ronronne, bien grasse et bien ventrue.
 
très bon dimanche, la bonne journée.
excellent dimanche, la bonne journée.

Ya plus personne dans la rue, sauf le clochard qu’est là depuis 100 ans, qui crie: j’ai faim !
Ça résonne dans la rue… Ça résonne aux portes des grandes maisons bien chauffées, confites à l’ail et au bordeaux, Les gigots tournent dans le four, bien au chaud. Ça grille sec pour les bêtes mortes, ça leur chauffe la couenne, le gras crépite avant de s’éteindre sur la table sacrificielle.

les beaux-frères rechargent les caméscopes, la moustache frétillante, l’oeil égrillard et assuré, les clefs du nouveau pavillon dans la main, le sourire en coin, le crédit dans la poche, l’auto lavée de frais sent le plastique tout neuf et trône sur le gravier blanc.

les belles-soeurs  refont leur eye liner, 
pauvres souris des champs, poules hystériques en phase de fécondation, elles rêvent, caquetant à des maternités navrantes.
Elles rêvent au vide ordure technologique, au service à fondue pratique, l’appareil à raclette magnifique, au distributeur de  mayonnaises  aromatisées personnalisées qu’elles pourront presser de leurs petits doigts boudinés devant la famille médusée, bourrée, engoncée. Bordeaux trop frais, Bordeaux madérisé mais qu’on déclare excellent, pas la peine de froisser, pas la peine de froisser. 

make up, parfum qui pue, mélange de brut 33, d’oignon frit et de gras, de ragot dominical.
reliefs de repas coincés dans les râteliers,  La boite à pilules de mémé à roulé sous la table, roll roll roll panique à bord,Fukushima, élections, L’Europe, blah blah blah.
Je me tais: pas la peine de froisser,  pas la peine de froisser

très bon dimanche, la bonne journée.
excellent, excellent dimanche, la bonne journée.
pas la peine de froisser,  pas la peine de froisser.  Accumulé.

Pendant ce temps ,  le clodo crie dans la rue , ça résonne dans les fenêtres des maisons. mais ça passe pas les rideaux de velours épais. Tu peux toujours gueuler la cloche !!!  ils ne t'entendent pas !
Gateau ! Fromage au plateau ! Reprenez du pâté ! Marie-Brizard, la Goutte ! Tu peux glapir tout ton saoul, ils ne t’entendent pas, ils mastiquent bruyamment, sluirp schluirp, le gras au garde-à-vous à la commissure des lèvres. La cloche !  la cloche !. ding dong ! ding dong.

L’agneau de dieu-gigot, à son corps défendant, se meut difficilement dans les vésicules usées des  ventres parvenus, prêts a exploser sur la nappe ,dans les foies saturés des belles mères  stridentes, excitées par le patrimoine accumulé; par le patrimoine à re-distribuer.
pas la peine de froisser,  pas la peine de froisser. 

Pendant ce temps-là les putains d’cloches, qui sonnent, qui sonnent dans le village désert le dimanche après la grosse messe, le dimanche des grosses fesses molles qui s’avachissent sur le velours des chaises fatiguées par tant de chair grasse étalée sans aucune dignité. sans retenue : gros cul !

Confire lentement, sans pouvoir s’échapper, coincé entre l’oncle aviné aux blagues douteuses et éculées,
et la marraine qui glapit, plâtrée de fond de teint beige, tel un masque mortuaire animé , elle lance  des clins d’oeil figés, son rouge à lèvres sent la baleine tuée.
Fantôme bruyant laisse moi partir.
pas la peine de froisser,  pas la peine de froisser. 

ding dong !  ding dong !
Dans le  village mort, un vieux tout seul remonte la rue en maugréant. Un chat pelé au regard vitreux observe la pharmacie fermée.
Ding ! dong !
bon dimanche. La bonne journée.
pas la peine de froisser,  pas la peine de froisser. 

_________________________

Franck Dadure recommends:

If you like Radio Art, you may also like: